Site officiel de l'Office du Tourisme de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes

Rechercher

Saint-Georges d'Oléron

La commune de Saint-Georges d'Oléron est la plus vaste de toute l'île, située entre Saint-Denis d'Oléron, La Brée les Bains au nord et Saint-Pierre d'Oléron au sud.
 

Présentation :

Saint-Georges d’Oléron s'étend d'est en ouest sur 4700 hectares et dispose de plus de 16 kilomètres de plages. Par ailleurs, Saint-Georges d’Oléron compte un grand nombre de villages, possédant leur caractère propre et leur histoire. Forêts de pins, grandes plages de sable fin, architecture typique, ports de plaisance, patrimoine, marchés de produits locaux sont autant d'atouts qui feront de vos vacances à Saint-Georges d'Oléron un séjour très agréable.
 

Un peu d’histoire :

Le bourg de Saint-Georges d’Oléron est l'un des plus anciens de l'île d'Oléron et les traces du passé ne manquent pas sur la commune. Sa prospérité, le village la doit en grande partie à la production de sel et de vin dont on faisait négoce. C'est pour cette raison que le chenal du Douhet fut creusé, rattachant ainsi Saint-Georges à la mer. Partant des portes de la ville, autrement dit des chais, il traversait les marais salants pour déboucher sur la mer, où les navires de commerce mouillaient en eau profonde, dans l'attente de leur chargement.

On peut imaginer la difficulté de la vie pour les habitants de l'île d'Oléron en des temps reculés comme le Moyen-Âge. Sur les côtes, les populations avaient « droit d'aubaine », c'est à dire la possibilité de s'approprier les cargaisons des navires échoués après un naufrage... maigres compensations au regard des pénuries de produits de base. C'est ainsi que les villageois de la grande côte, notamment ceux de Chaucre acquirent leur réputation de naufrageurs. Las de voir ce genre d'accidents arriver trop rarement, ils les provoquaient. On dit qu'apercevant un navire croisant au large des côtes oléronaises à la nuit tombante, ceux-ci attendaient qu'il fasse nuit noire pour retourner sur la grève accompagnés de leur âne ou de leur vache. Ils accrochaient une lanterne allumée au cou des ânes ou entre les cornes des vaches et promenaient les bêtes sur la plage. Les capitaines les apercevant, interprétaient ces lueurs comme celles de lanternes embarquées, imaginant la côte beaucoup plus loin qu'elle n'était en réalité. Certains se prenaient dans les écueils ou dans les écluses à poissons et sombraient.

Les épaves étaient ensuite pillées avec à la clé, cargaisons, bois des coques et même mâts que l'on pouvait alors retrouver comme poutre à la charpente d'une maison de la côte. Aliénor, duchesse d'Aquitaine, décida au XIIe siècle d'y mettre un terme et demanda la rédaction des « Rôles d'Oléron ». Ce tout premier code maritime tenta de règlementer la navigation et de « civiliser » les usages en mer.
 

Le patrimoine :

Classée monument historique depuis 1931, l'église romane de Saint-Georges d'Oléron est un des monuments les plus remarquables de l'île. L'église primitive (la nef actuelle), fortifiée contre les invasions, date du XIe siècle. Sa nef terminée au XIIIe siècle, Aliénor d'Aquitaine fit don de l'église à l'Abbaye aux Dames de Saintes qui acheva les travaux. Au XVIe et XVIIe siècles, le monument, victime des guerres de religion, se retrouva pillée et mutilée à plusieurs reprises. Réquisitionnée pendant la révolution, l'église, qui servit même de grange, ne fut rendue au culte qu'en 1800. Une importante restauration démarra alors en 1968.

Au centre du village, trônent de superbes halles au marché datant de 1864. Sur la place, de belles maisons bourgeoises de la fin du XIXe siècle attestent de la prospérité du commerce à cette époque.

A voir aussi...

Vos avis...