Site officiel de la Maison du Tourisme de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes

Rechercher

expert miguel couteau

Miguel Couteau

Je m’appelle Miguel Couteau et j’ai 12 ans. J’habite à Saint Trojan Les Bains depuis que je suis né. Je quitte l'île de temps en temps le week-end avec mes parents et ma soeur...
Lire la suite

Saint-Trojan-les-Bains

La commune de Saint-Trojan-les-Bains se trouve à l’extrémité sud-ouest de l’île d’Oléron, baignée par le pertuis de Maumusson et le coureau d’Oléron.
 

Présentation :

Grandes plages de sable fin, forêt de pins et douceur du climat font de Saint-Trojan-les-Bains une station balnéaire classée très prisée dès la fin du XIXe siècle. Tour à tour appelé Saint-Turjan, La Montagne (pendant la révolution) puis Saint-Trojan, le village et ses habitants devront surmonter bien des difficultés avant que l’on ajoute « les Bains » à ce nom en 1898.
Le mimosa, emblématique de Saint-Trojan-les-Bains, fut introduit en 1892 par Mr et Mme Martin suite à leur retour de vacances sur la côte d’Azur. Chaque année, début février, la Fête du Mimosa bat son plein : cavalcade, chars fleuris… un événement incontournable !

La commune appartient depuis peu au réseau Villages de pierres et d'eau, label initié par le Conseil Général afin de promouvoir des sites exceptionnels présentant la particularité d'être situés au bord d'une étendue d'eau. Saint-Trojan-les-Bains accueille aussi le centre de thalassothérapie de l’île d’Oléron.

Le port ostréicole, aux cabanes bariolées, est un site de balade où l’authenticité est au rendez-vous. Bien que toujours en activité, certaines cabanes ont été investies par des artistes, artisans ou restaurateurs.
 

Un peu d'histoire :

A l’origine Saint-Trojan n’était qu’un petit village de pêcheurs et de sauniers, isolé du reste de l’île, l’unique chemin d’accès au village n’étant pas praticable toute l’année. Les Saint-Trojanais avaient donc plus de relations avec Marennes, de l’autre côté du coureau d’Oléron.  Au XVIIe siècle, les vents dominants, d’ouest, poussant irrémédiablement les sables vers le village, Mr Masse, dans ses mémoires (parues entre 1694 et 1720), nous rapporte : « C’était autrefois une bonne paroisse mais à présent presque toute perdue par les sables. Il n’y reste plus que des huttes et on passe à cheval sur le clocher enterré dans les sables ». Pour résoudre ce problème, par la main de l'homme, un cordon dunaire ainsi qu'une forêt virent le jour au XIXe siècle. Saint-Trojan-les-Bains pu ainsi se développer et se tourner vers ce que l’on appelera plus tard le Tourisme. En 1897,  le premier syndicat d’intérêt local est créé, l'ancêtre de l’office de tourisme actuel
 

Patrimoine :

Ce qui caractérise Saint-Trojan-les-Bains, ce sont ses nombreuses villas d’architecture balnéaire de la fin du XIXe et début XXe siècle. On y trouve différentes inspirations régionalistes : basque, anglo-normand ou encore néo-gothique. Elles donnent des indications sur la station balnéaire courue et « huppée » qu’elle a pu être dès la fin du XIXe. Certaines sont d’ailleurs classées. A noter, la diversité des matériaux utilisés pour la construction: moellons, pierres de taille, briques, bois, tuiles mécaniques, ardoise…

L’église actuelle fut élevée à partir de 1661. Elle remplace un précédent édifice datant du moyen âge, recouvert par les sables. Elle est constituée de pierres de tailles (dont certaines proviennent de l’église médiévale) et de moellons calcaires. Le campanile accueillant la cloche date, quand à lui, de 1824.

Vos avis...