Site officiel de l'Office du Tourisme de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes

Rechercher

Saint-Pierre d'Oléron

Saint-Pierre d’Oléron doit son surnom de « capitale » de l’île d’Oléron à l’importance de sa population, qui y est plus élevée que dans les autres villages de l’île. Sa position géographique, au centre, en a fait un carrefour qui a favorisé son développement.
 

Présentation :

Saint-Pierre d’Oléron est le centre économique et commercial de l’île d’Oléron, mais aussi administratif et culturel. Place Gambetta, le Musée de l’île d’Oléron propose une collection permanente et des expositions temporaires. Quelle que soit la saison, ses rues piétonnes sont animées et son marché, aux bancs couverts de produits locaux et colorés, attire un très important chaland. La commune compte différents villages et s’étend d’est en ouest entre Saint-Georges d’Oléron au nord et Dolus d’Oléron au sud. Parmi ces villages, on dénombre notamment le fameux port de pêche de La Cotinière.
 

Un peu d’histoire :

Le centre-ville de Saint-Pierre d’Oléron, dans les terres, est relié à l’océan par le chenal de La Perrotine. Le négoce du sel et du vin avec les pays du nord de l’Europe ont fait sa richesse comme en atteste une enseigne, sur la façade du N°55, rue de la République. On peut y lire « céans à bon vin et logis », c’était celle d’une hostellerie, et la date de sa création: 1585. Au N°8, un sablier a été représenté, tout un symbole. Au centre de l’enseigne figure un superbe navire de commerce, toutes voiles dehors, sculpté dans la pierre, semblable à ceux venus sur les côtes oléronaises pour y charger du sel et du vin.
 

Patrimoine :

L’église, incontournable par ses dimensions, tend son clocher hexagonal vers le ciel. Sa hauteur en faisait un amer pour aider à la navigation.  Depuis son sommet, un superbe panorama s’offre au regard. Du début du XVIIe siècle, l’église de Saint-Pierre d’Oléron est construite sur l’emplacement d’une autre, du XIIème, détruite pendant les guerres de religions.

Place Camille Mémain se dresse une flèche appelée la Lanterne des morts. C’est la plus haute de France parmi la dizaine existante. Du XIIe siècle, elle a été construite au milieu de l’ancien cimetière médiéval de la ville. A son sommet, le lanternon abritait une flamme. Un ancien explique qu’elle était là pour « commémorer l’âme des morts » et n’omet pas de préciser : « et mettre en garde les vivants ! » Qu’on se le dise.

L’ancien château des Le Berton, seigneurs de Bonnemie fut construit au XIVe siècle. Ce logis connut des modifications jusqu'à nos jours. Son parc paysagé invite à la rêverie et à la promenade.

Comment présenter Saint-Pierre d’Oléron sans évoquer Pierre Loti. L’île, où enfant il est venu passer des vacances d’été, a été une source d’inspiration pour ce grand écrivain, académicien et officier de marine. Bien que Rochefortais, c’est à Saint-Pierre d’Oléron qu’il souhaita qu’on l’inhume après sa mort. Ainsi depuis 1923, il repose dans le jardin de la Maison des aïeules. Vendue par la branche maternelle de sa famille, c’est en 1899 que Pierre Loti la rachète et la baptise ainsi. Une plaque apposée sur la façade de la maison, situé rue Pierre Loti, le rappelle au promeneur.
 

La Cotinière :

Une flottille aux couleurs vives, le ballet incessant des bateaux dans le port, une activité intense sur les quais en toute saison : nous sommes à La Cotinière ! Plein ouest, face au large, ce typique petit port de pêche est connu et reconnu pour la qualité des produits que l’on y débarque : bars de ligne, soles, langoustines, céteaux… Des espèces nobles et des techniques de pêches adaptées à ces variétés font de La Cotinière le premier port de pêche de Charente-Maritime et le septième au niveau national. A l’heure où les navires regagnent le port pour décharger le poisson, le spectacle est incontournable.
 

Les villages :

Incontournable de l'île d'Oléron, vous serez charmé par le petit village de la Cotinière. Protégé de la haute mer par une longue digue, le Port de La Cotinière abrite une flottille d'une centaine de bateaux qui s’adonnent à la pêche des soles, du bar et des langoustines et autres espèces nobles. Toujours animée l'été, la Cotinière est le lieu idéal pour venir flaner le temps d'une journée ou d'une soirée.

Nichés derrière la dune pour mieux se protéger des vents d’ouest, La Biroire, La Menounière et La Chefmalière offrent toute l’authenticité de l’architecture traditionnelle oléronaise. Ces villages déploient une multitude de venelles fleuries invitant à la flânerie, à l’ombre propice des vieux murs de moellons. Ilots épars au milieu d’une mosaïque de marais, La Boirie, Arceau, L’Eguille et La Perrotine sont des villages à découvrir au détour d’un chemin.

Ici, terre et mer se mélangent. Eaux douces et salées s’unissent, formant un véritable sanctuaire pour la faune et la flore. Le site exceptionnel de Fort Royer, dans la réserve naturelle de Moëze-Oléron, offre un paysage typique de cabanes ostréicoles multicolores au milieu de champs de claires. Des visites guidées y sont proposées pour tout apprendre du métier de ces « paysans de la mer ».

A voir aussi...

Vos avis...