Site officiel de l'Office du Tourisme de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes

Rechercher

sylvain breffy expert nautisme et pêche

Sylvain Breffy

Originaire du Limousin où j'ai suivi des études dans le tourisme et la valorisation du patrimoine, j'ai toujours été attiré par le littoral charentais où j'ai passé la plupart...
 
Lire la suite

Saint-Denis d'Oléron

En arrivant à Saint-Denis d'Oléron, après avoir traversé l’île d’Oléron du sud vers le nord, vous serez charmés par ce village authentique aux multiples facettes.     
                                                                                                                                         

Présentation :

Saint-Denis d'Oléron est la commune la plus septentrionale de l'île d'Oléron. Baignée par le pertuis d'Antioche, elle fait face à l'île de Ré et à La Rochelle dans sa partie est. Forte d'une population de 1200 âmes, Saint-Denis d'Oléron présente tous les avantages d'une station balnéaire d'aujourd'hui, tout en conservant le charme et l'authenticité des villages oléronais d'autrefois. Riche d'une histoire séculaire, Saint-Denis d'Oléron possède un patrimoine important et offre une grande diversité de paysages et d'équipements: port de plaisance, plages, phare de Chassiron, musée, médiathèque, salle d'exposition, espaces naturels, commerces et marché.
 

Un peu d’histoire :

Mal desservie par la route durant des siècles, ce qui rendait les contacts difficiles avec le reste de l'île surtout durant les mois d'hiver, Saint-Denis d'Oléron doit son développement au commerce du vin, du sel, de l'orge et de l'eau-de-vie, échangés avec le continent par voie maritime. Le port qui permettait ces transactions fut très souvent menacé d'ensablement ce qui obligea les habitants à lutter à maintes reprises contre ce phénomène, en vain, car ils perdirent ce « bras de fer » au début du XXe siècle.

En 1904, Saint-Denis d'Oléron devînt le terminus de la ligne de chemin de fer qui traversait alors l'île dans un axe sud-nord auquel s'ajouta une route praticable en toute saison, finissant ainsi de désenclaver le village. Historiquement les Dyonisiens, étaient essentiellement des paysans mais cela n'empêcha pas un grand nombre d'entre eux de se destiner à une carrière dans la marine, royale ou marchande.
 

Le patrimoine :

Saint-Denis d'Oléron conserve un patrimoine important, à commencer par son église, érigée au centre du village. Fondée au XIème, elle présente un portail admirable datant de cette époque et caractéristique du style roman saintongeais. Incendiée pendant les guerres de religions, elle fut reconstruite ensuite et remaniée jusqu'au XIXe siècle, époque durant lequel on érigea le clocher. A l'entrée de Saint-Denis d'Oléron se trouve une superbe demeure bourgeoise construite en 1675: le logis Guillotin. Ce manoir tient son nom de la famille qui l'habitait et dont l'un des membres, Nicolas, tenta d'introduire dans l'île la culture du mûrier et de créer une manufacture de soie.

Etant donné sa situation exceptionnelle, Saint-Denis d'Oléron attira très tôt des visiteurs venus s'adonner aux joies des premiers « bains de mer ». De cette (belle) époque, nous restent d'élégantes villas d'architecture balnéaire un peu partout dans le village et notamment un magnifique hôtel, Le Moulin de la Galette, trônant sur la place du marché. Saint-Denis d'Oléron compte de nombreux hameaux dont les maisons basses aux façades blanches et aux volets verts ou bleus, ont conservé le charme des constructions traditionnelles. Dès les beaux jours, les venelles qui les serpentent se chamarrent de roses trémières multicolores.
 

Chassiron :

Chassiron, à l'extrême nord de la commune, est un site exceptionnel à plus d'un titre: zone naturelle et sauvage, bordée de falaises calcaires que domine un phare majestueux. Haut de 46 mètres, il remplaça en 1836 son prédécesseur, qui lui, datait du XVIIe.

Entièrement blanc à l'origine, c'est en 1926 que l'on décida de l'habiller de trois bandes noires de 6 mètres de largeur. Pour compléter cet équipement et sécuriser le pertuis d'Antioche qui vît tant de naufrages, c'est en 1925 que l'on éleva la balise du même nom. Chassiron compte également de nombreuses écluses à poissons, visibles à marée basse, et dont certaines sont encore en activité. Ces « pièges à poissons » qui remontent à la nuit des temps, sont typiques des îles charentaises et représentatives de l'ingéniosité des anciens. Outre le fait de procurer du poisson aux Dyonisiens sans avoir à prendre la mer, elles protégeaient également les rivages des tempêtes.
 

Le phare :

Les travaux de construction du phare de Chassiron commencèrent en 1834 et s'achevèrent deux ans plus tard. Il fut ainsi mis en activité le 1er décembre 1836. Avant cela, un autre phare existait déjà sur le site. Construit au XVIIe siècle sous la surveillance de l'ingénieur François de Ferry, celui-ci consistait en une tour cylindrique d'une vingtaine de mètres de hauteur. La tour actuelle, haute de 46 mètres, offre un panorama superbe sur le pertuis, l'île de Ré, Aix, Fort Boyard et les jardins paysagés du phare lui-même. Par ailleurs, il abrite un musée ludique et très intéressant.

A voir aussi...

Vos avis...