En 2023, marcher dans les pas de Pierre Loti !

Le 10 juin 2023 marquera le centenaire de la mort de Pierre Loti. À cette occasion, l’île d’Oléron rend hommage à cet écrivain voyageur et officier de marine français à travers une myriade de festivités culturelles. Ces évènements ont pour but de célébrer le lien qui unit l’île à ce célèbre personnage. Nous vous expliquons ici l’origine de cette relation et du fort attachement de Pierre Loti à Oléron.

Centenaire Pierre Loti

Une enfance entre Rochefort et Oléron

Louis-Marie-Julien Viaud, dit Pierre Loti, est né le 14 janvier 1850 à Rochefort, en Charente-Maritime. Durant ses vacances, il rend visite à ses trois tantes maternelles à Saint-Pierre-d’Oléron. Sur l’île, le jeune Julien, futur Pierre Loti, vivra des aventures dont il restera toute sa vie nostalgique. À l’âge de 8 ans, tandis qu’il est en convalescence à La Brée-les-Bains, il goûte pour la première fois aux joies des amours enfantines. Il passe son temps accompagné de ses amis entre pêche, courses dans les dunes et jeux sur la plage. C’est à Oléron qu’il éveille ses sens grâce à la nature et concrétise une vocation de collectionneur. Cela déterminera alors la suite de son existence.

Loin des yeux, près du cœur

À 16 ans, Pierre Loti est reçu à l’école navale qui forme les officiers de la Marine française. Débutent alors ses voyages à travers le monde. Entre explorations, guerres et histoires d’amour, la vie de Pierre Loti est tumultueuse. Mais même à l’autre bout du globe, il n’oublie pas ses racines oléronaises. Les livres qu’il rédige en parallèle de ses campagnes maritimes témoignent de son affection pour l’île.

Au cours de ces années, il revient tout de même quelques fois sur les terres de ses ancêtres. Avec son fils Samuel, il effectue un pèlerinage durant lequel il retrace ses itinéraires de jeunesse : la Cotinière, Saint-Georges, la Grande côte, etc. L’écrivain retrouve alors Saint-Pierre, « ce petit hameau blanc avec ses portes et ses fenêtres vertes ».

En 1899, après le décès de ses tantes, il rachète la demeure témoin de ses nombreux souvenirs d’enfant. Il la baptise la « Maison des Aïeules » en hommage à ses parentes adorées. Pierre Loti n’y habitera jamais, même si la demeure familiale restera un fort point d’ancrage.

L’ultime refuge de Pierre Loti

Pierre Loti meurt le 10 juin 1923 à Hendaye. Les funérailles sont nationales. Son corps est rapatrié et inhumé dans l’enceinte de la Maison des aïeules, conformément à ses dernières volontés. En effet, dès 1919, il décide de reposer à Saint-Pierre-d’Oléron et entame dès lors les démarches appropriées. En 1921, l’académicien rédige son testament. Il y indique l’emplacement exact de sa sépulture, « au fond du jardin de notre maison familiale, au pied du myrte, à deux mètres du grand palmier, à main gauche en allant au petit bois ». Un de ses derniers souhaits était également que la maison ne soit pas ouverte au public. Après une vie agitée, il semble que Pierre Loti désirait un repos éternel paisible.

Maison des aïeules
La Maison des Aieules
Saint-Pierre-d'Oléron
Jardin du musée
Musée de l'île d'Oléron
Saint-Pierre-d'Oléron
Haut de page