Site officiel de l'Office du Tourisme de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes

Rechercher

La Brée les Bains

Petit hâvre bloti sur la côte nord-est de l'île d'Oléron, La Brée les Bains est une des plus petites communes du Pays.
 

Présentation :

Autrefois rattachée à Saint-Georges d'Oléron, c'est en 1953 qu'elle obtînt son autonomie administrative. Ce petit village, anciennement appelé « La Bray » ou « Brennus » était habité par des pêcheurs et des viticulteurs. Aujourd'hui, c'est un peu moins de 800 « brennas » qui y vivent.

Face au continent, cette station balnéaire offre tous les services et les animations pour une villégiature réussie: plages, marché et commerces, activités sportives ou de découverte, pistes cyclables... Le tourisme et le sens de l'accueil sont ici une tradition: Pierre Loti enfant y passa ses premières vacances.
 

Un peu d'histoire :

L'histoire de La Brée les Bains est attachée à celle de Saint-Georges d'Oléron dont elle était un des hameaux. Comme d'autres villages de l'île, La Brée les Bains vécu pendant des siècles du sel et du vin produit ici et exporté vers le nord de l'Europe, entre autres. Inaugurée en 1924, l'ancienne gare accueillit le train de la compagnie des Chemins de fer économiques des Charentes qui venait désenclaver La Brée. Mme Albertine Ouvrard, en charge de la gare, fut dit-on la première femme chef de gare de France! Le train de la compagnie fonctionna jusqu'en 1935.

Les brenais ont toujours eu conscience des ressources que l'océan pouvait leur offrir. La pêche, en écluse, à pieds, à la « fouëne »... est ici séculaire. Le varech lui-même était récolté, puis épandu dans les vignes qu'il fertilisait, ersatz des engrais. L'estran brénais fût longtemps le plus grand centre de ramassage de varech de la côte. Ici, les habitants se sont toujours beaucoup investis pour leur village: création d'une digue pour protéger la plage, construite une première fois, détruite par une tempête et reconstruite de leurs mains et de leurs deniers à la fin du XIXe siècle. Sur le front de mer, quelques cyprés centenaires rappellent eux aussi cette abnégation. Entre 1919 et 1932, ce sont les habitants eux-mêmes qui en plantèrent de nombreux pour aménager la promenade. Chacun devait s'occuper de l'arbre qu'il avait planté jusqu'à ce que celui-ci soit arrivé à taille adulte.

Par ailleurs, un nom est incontournablement lié à la ville, c'est celui de Paul Monteau. Guérisseur réputé, il attira énormément de gens à La Brée le Bains, venus de la région, ou de beaucoup plus loin, le consulter. Il ne les faisait pas payer, mais l'usage voulait qu'on lui fît un don de quelques francs. Assez vite ces oboles lui procurèrent une certaine aisance et Paul Monteau deviendra le « bienfaiteur » de La Brée les Bains.
 

Le patrimoine :

Suite à la création de la commune, le village de La Brée les Bains retrouve une petite église ; la précédente, dédiée à Saint Eutrope, ayant été fermée pendant la Révolution puis vendue comme bien national. L'actuel édifice, situé à l'emplacement d'un chai, fut construit grâce à l'aide matérielle de toute la population. Le porche d'entrée, au sud, ouvre sur un unique vaisseau. Cette construction date de 1958. Son originalité vient du fait que ses pierres proviennent du « Rocher de fer » taillé sur l'estran. Ces schistes argilo-calcaires, ces tuiles rondes de pays utilisées, ainsi que le campanile qui rehausse l'ensemble, apportent à cette église une élégance harmonieuse dans le style architectural typiquement brennais.

Le moulin de La Brée est représentatif des moulins d'Oléron. Il s'élève sur trois niveaux à retrait : le deuxième étage abritait les meules, le premier était réservé à l'arrivée de la farine et à la mise en sac tandis que le rez-de-chaussée était destiné au stockage des sacs de blé et de farine. Moulin à onglet du XVe siècle, il est couvert d'une calotte en tuiles de châtaigner. Fait rare, ce moulin est toujours pourvu de son mécanisme ancien. Privé, on ne peut l'admirer que de l'extérieur.

Sur le front de mer, entre La Brée les Bains et Saint-Denis d'Oléron, des écluses à poissons en activité se révèlent à marée basse. Ces pièges à poissons séculaires ont alimenté des générations de brénais en produits de la mer et le font aujourd'hui encore.

Les marais salants font également partie du patrimoine. La récolte du sel est la production la plus ancienne de l'île d'Oléron. Si elle a connu un fort déclin depuis le XIXe siècle, son industrie fut très importante au cours des siècles passés. Ce sont les moines qui, à partir du XIe siècle, commencèrent à faire creuser des salines dans les marais littoraux.
Rapidement, la production et surtout la qualité du sel récolté à Oléron attirèrent des flottes de navires des côtes françaises et des pays du nord de l'Europe. Les techniques utilisées aujourd'hui sont pratiquement les mêmes qu'autrefois : tout le travail se fait à la main, qu'il s'agisse de veiller au bon fonctionnement de l'alimentation en eau, de l'entretien du sol et des parois d'argile des différents réservoirs ou encore de la récolte proprement dite du sel.
Le marais de La Brée les Bains est un authentique marais salant ancien. Le saunier, que vous pourrez voir à la belle saison « tirer » son sel (fleur et gros sel), vous accueillera le temps d'une visite et vous expliquera son travail.

A voir aussi...

Vos avis...

Feneck, mer, 07/16/2014 - 11:27

Site bien conçu